Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Avant de devenir naturopathe.

Avant de devenir naturopathe, mes bases en nutrition et en hygiène de vie étaient quasi inexistantes. Je dois avouer que j’ai bien profité de ma vie d’étudiante à base de sortie, de bières et de pâtes. À l’inverse, manger bio, de saison et équilibré ne faisait pas partie de mes priorités. Une fois plongée dans la vie active, je n’arrivais pas à dire non aux sorties entre collègues/amis. Ainsi, j’enchainais encore les apéros, je me couchais tard et je gérais mal mon stress. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai voyagé pendant un an afin de me déconnecter de ma vie professionnelle. Du côté nutritionnel, ce n’était guerre mieux. En effet, mon assiette de base était composée de riz blanc, de poulet frit et de patates. Et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai commandé des fried rice/noodle. Quand j’y repense, je ne possédais aucune connaissance de la composition d’une assiette (protéines, lipides et glucides). Et encore moins que le riz blanc était un sucre acidifiant. 

Je me mets à la place des personnes que je reçois en consultation et qui sont loin de connaitre les bases en nutrition. C’est normal ce n’est pas au programme de l’éducation national. Également, on lit tout et son contraire sur internet, et on se laisse tenter par le dernier régime à la mode. En revanche, on ne nous apprend pas à à cuisiner sain, « à respirer », à méditer et à travailler sur nous même. Quant aux livres de développement personnel qui pullulent dans les librairies, il est difficile d’appliquer à la lettre la totalité des conseils fournis. 

Dans cet article, je voudrais ainsi vous partager mes petites erreurs d’hygiène de vie avant de devenir naturopathe. Peut-être cela vous fera écho ;).  

🍚 Mon alimentation avant de devenir naturopathe. 

Comme je vous le précisais plus haut, je n’étais pas un modèle à suivre au vu de mes menus. De plus, la nourriture est très importante à mes yeux puisqu’elle est synonyme de plaisir et de partage. Cette dernière doit être colorée, épicée et vivante.

Le petit-déjeuner.

Lorsque j’étais enfant, ma mère m’achetait la famille des céréales kellogg’s que je versais dans mon bol de lait (avec du chocolat Nesquik). Conclusion:  2h plus tard j’avais FAIM, mon ventre gargouillais et je me déconcentrais facilement en classe. Puis, durant mes études je n’avais pas faim au réveil donc j’emportais en cours un paquet de biscuit Lu petit déjeuner que je trempais dans mon thé. J’attendais ensuite 10h pour manger et 2h plus tard mon ventre gargouillais de nouveau. Je prenais donc un fruit pour patienter jusqu’à l’heure du déjeuner. J’ai reproduit ce même schéma dans la vie active, où j’apportais mes biscuits petit déjeuner Gerblé (soit disant plus sain) que je mangeais à 10h puis je regrignotais 2h plus tard.

Pour résumer, je me nourrissais de sucre rapide/simple, qui ne m’apportait aucun bénéfice sur le plan nutritionnel. Et qui me provoquait une baisse de la concentration et une faim 2h plus tard.

J’ai donc revu ce menu durant mon année de formation en naturopathie. Il s’avère que le petit déjeuner « salé et protéiné » était celui qui me convenait le mieux. Ainsi, j’ai sacrifié quelques minutes de sommeil pour avoir le temps de le préparer. En soit je devais faire cuire mes oeufs, chauffer l’eau du café, puis préparer un guacamole ou un houmous. Résultat, je tenais jusqu’à 12h sans difficulté :).

Cet exemple de menu me convient mais peut être que chez vous ce ne sera pas le cas. Certains opteront pour un jeûne intermittent, d’autres pour une version sucré. En bref il n’existe pas de petit-déjeuner idéal mais quelques règles à respecter comme éviter des produits transformés et à index glycémique élevé (jus de fruit, viennoiserie, baguette blanche etc.). Mieux vaut les remplacer par du vrai pain au levain complet, du jus de fruits maison avec de la pulpe ou des jus de légumes.

Le manque de végétaux.

Ce n’était pas dans mes habitudes d’incorporer une portion de légumes durant mes repas et je ne les aimait pas spécialement.

Puis j’ai changé de discours d’une part car ils sont essentiels pour notre santé (apport de vitamines et de minéraux). Mais aussi car ils participent à l’équilibre acido-basique de l’organisme. En soit ils permettent de tamponner l’acidité engendré par des aliments acidifiants (protéines, sucres etc.). Ensuite, j’ai appris à les cuisiner (au wok, à la vapeur et au four) et en intégrant des épices pour les rendre plus goûtus.  Si vous n’êtes pas fan de légumes, alors optez pour des recettes faciles qui donnent du goût. Privilégiez le Bio français ou de chez votre producteur, et de saison. Les jus de légumes sont aussi un apport complémentaire intéressant mais ils ne remplacent pas des légumes riches en fibres nécessaires à la bonne santé de nos intestins.

Les légumineuses , les céréales et les oléagineux.

Lors que je n’avais pas d’idée de repas, je me préparais un Dhal. C’était mon plat du soir et je ne l’accompagnais avec rien d’autre (oui j’aurais dû ajouter des légumes). Concernant les graines de chia, je les mettais directement dans mon yaourt du petit déjeuner avec mes biscuits.  Le point commun entre ces deux catégories est que je ne les faisait pas tremper.  Or les légumineuses, céréales et oléagineux contiennent de l’acide phytique qui empêche la bonne assimilation de plusieurs minéraux dont le calcium, le cuivre et le zinc.  Le moyen de faire réduire cet acide est de les faire tremper la veille (au moins 24h avant) et de jeter l’eau avant cuisson si besoin. 

Les fruits après le repas.

Les fruits se digèrent rapidement (environ 20 à 30 minutes) après les avoir ingéré, contrairement aux autres aliments qui séjournent plus rapidement dans l’estomac. Si vous êtes sujet au SII et que vous avez une dysbiose intestinale, alors certaines gênes peuvent apparaitre comme des ballonnements. Veuillez alors les manger en dehors des repas. 

La mastication.

Avant de devenir naturopathe, j’aurai pu remporter la médaille de vitesse à table. heureusement, J’ai appris durant ma formation qu’il faut prendre le temps de manger (donc de mastiquer) pour plusieurs raisons. 

  • Nos enzymes salivaires commencent la digestion des aliments. Si vous loupez cette étape, l’estomac devra travailler deux fois plus et vous risquez de perdre en énergie. 
  • L’estomac ne possède pas de dents pour broyez (cette image est assez parlante 😄). 
  • Il faut une vingtaine de minutes pour que le sentiment de satiété envoie un message à notre cerveau. Si vous terminez votre repas en 5 minutes, vous aurez tendance à manger plus pour être  totalement rassasié. 

💡Petites astuces pour y penser :

  • Posez vos couverts entre chaque bouchée.
  • Pensez à vous redresser.  
  • Évitez de regarder la télévision car cela vous empêche de manger en pleine conscience. 
  • Choisissez la personne qui mange le plus lentement de la table et essayez de terminer en même temps qu’elle. 

Trop manger.

Des études ont prouvé que la restriction calorique pouvait avoir des effets bénéfiques sur la longévité. En effet, manger moins ralentit le métabolisme entrainement une production réduite de radicaux libres. De plus, lorsqu’on mange en trop grande quantité, cela demande encore plus d’énergie à notre système digestif ! Je dois avouer que je ne respecte pas toujours cette règle et que j’ai tendance à dépasser mon seuil de satiété notamment au restaurant. Un point sur lequel je dois travailler prochainement. 

🧘‍♀️ Ma gestion du stress avant d’être naturopathe. 

J’ai mis du temps avant de réaliser que j’étais quelqu’un qui stressait facilement. Au travail, j’avais tendance à garder au fond de moi tout ce stress et à me convaincre que tout allait bien. Mes collègues disaient que j’étais quelqu’un de calme et de détendu. Cependant, mon corps me faisait comprendre au fil du temps que ce n’était pas le cas. En effet, j’ai fait du bruxisme pendant plusieurs mois, je me bloquais les cervicales continuellement à force d’avoir les épaules toujours tendues. Je faisais régulièrement des insomnies et je digérais mal. Quant à mon diaphragme, mon ostéopathe ne cessait de répéter qu’il est était bloqué. Évidemment et comme beaucoup d’entre nous, tous ces maux disparaissaient lorsque je partais en vacances.

Par conséquent, j’ai fais deux erreurs : la première fut de ne pas m’écouter. La seconde fut de subir ce stress. Aujourd’hui j’ai appris à respirer ! Oui, la respiration est essentielle pour se détendre. Également, j’ai appris à couper du stress de la ville (bruit, pollution) en marchant régulièrement en montagne (dépaysement et zénitude total). Enfin, lorsque j’ai des moments de stress, j’opte pour le spray SOS de la marque 100 BON. En effet, l’aromathérapie est un excellent moyen de se détendre.  Il n’existe pas de méthodes miracle car nous sommes tous différents. En revanche, il faut apprendre à s’écouter et ne pas passer à travers des signes que nous renvoie notre corps ! 

🌙 Mon sommeil avant de devenir naturopathe. 

Comme je le précise au dessus, mon stress a engendré de nombreux réveils nocturnes. De plus, j’avais tendance à me coucher tard et à manger très lourd lors du diner. Aujourd’hui j’ai réussi à rééquilibrer la balance au niveau de l’alimentation. Autrement dit, je mange en bonne quantité au petit -dej. De plus je prends un goûter  entre 16h et 17h ce qui diminue ma sensation de fin le soir.  Aujourd’hui, mon sommeil est moins perturbé me permettant de dormir jusqu’à 8h d’affilé. C’est encore mieux lorsque je pratique une activité physique dans la journée. En revanche, j’ai tendance à avoir des ruminations mentales durant la nuit. Dans ces cas là, je les notes sur mon téléphone et cela me permet d’alléger ma tête. 

👉 Conclusion sur mes principales erreurs avant de devenir naturopathe. 

Si j’avais su avant ma formation de naturopathie les bases de la nutrition, cela m’aurait éviter des désagréments 😄. Aujourd’hui, on a tous la possibilité d’en savoir plus sur la nutrition ou l’hygiène de vie les podcasts, les livres ou les réseaux sociaux. À mon sens, rien ne vaut une consultation chez un thérapeute pour bénéficier d’une approche holistique et personnalisée. Combien de fois ai-je pu entendre en séance qu’il/elle avait essayé cette méthode et que cela n’avait engendré aucun résultat. En effet, ce qui marche chez l’un n’est pas obligatoirement valable chez l’autre. L’important est d’être accompagné pour avoir de bonnes bases et de s’écouter. 

Chiara Denis I Naturopathe Lyon.  Réflexologue & massage Chi Nei Tsang