fbpx

L’objectif de cet article n’est pas de vous relater les bénéfices généraux qu’apportent l’activité physique à notre organisme. Mais de venir mettre en lumière l’impact du mouvement sur notre système digestif. Nous sommes nombreux-ses à subir des troubles du transit. La constipation est un exemple qui illustre parfaitement cette problématique.

L’EXERCICE PHYSIQUE DOIT-IL ÊTRE SYNONYME DE SOUFFRANCE ?

Bien entendu, la réponse est NON. En effet, ce dernier doit s’adapter à vous (âge, pathologie ou antécédent, envies etc…). Bouger ne signifie pas soumettre votre corps à rude épreuve mais à le mettre en mouvement. Si vous n’êtes pas une sportive, la marche quotidienne de 30 min à un rythme soutenu fera l’affaire. De même, si vous souhaitez privilégier un rythme plus lent alors le Thai chi ou le yoga peut vous convenir.

Le corps n’est pas fait pour rester assis toute la journée. Alors si vous êtes coincé au bureau ou à votre domicile, levez vous toutes les 30 min et marchez quelques instants.

RENTRONS DANS LE VIF DU SUJET : LIEN ENTRE LE SPORT ET LA DIGESTION

Notre microbiote intestinal joue plusieurs rôles. Parmi les principaux, il est impliqué dans le péristaltisme (mouvement de nos viscères permettant de faire avancer les aliments). De plus, la contraction des abdominaux va permettre aussi de favoriser ce péristaltisme intestinale. Également, il joue un rôle de défense. En effet, plus de 70% de notre immunité se trouve dans nos intestins.

L’étude de Cook & Al sur des souris a souligné que la pratique régulière d’une activité physique avait une action anti-inflammatoire des intestins. De plus, elle a aussi montré qu’elle pouvait améliorer la composition et la diversité des bactéries intestinales. Cette observation a été démontrée sur des rugbymen, en plus de leur apport en protéine et de créatine.  Par ailleurs, il ne faut pas écarter l’alimentation qui joue également un rôle majeur dans le maintient de cet équilibre.

Parmi les autres bénéfices, bouger notre corps permet de maintenir en place nos viscères, et optimiser ainsi leur bon fonctionnement. Ensuite,  il aide à prévenir le diabète de type 2 par diminution de la résistance à l’insuline (hormone qui permet de faire rentrer le sucre dans les cellules). Enfin, bouger permet de bruler des calories favorisant ainsi le développement de la masse maigre au détriment de la masse grasse.

Je n’ai cité que les bienfaits au niveau digestif. Cependant, il ne faut pas oublier les avantages d’un point de vu “détente et bien -être”, mais aussi les bienfaits sur le système ostéo-articulaire, endocrinien et la liste est encore longue.

J’espère que cet article vous aura motivé à vous remettre au sport ou à continuer celui que vous pratiquer 🙂

Chiara DENIS. Naturopathe à Lyon. Réflexologue et iridologue.